Le site des administrateurs systèmes sous Mac OS X
  Avec la taille des clés USB modernes, la bande passante des pigeons voyageurs est devenue très correcte.



Accueil du site > Dossiers > L’abandon du XServe.
L’abandon du XServe.

dimanche 7 novembre 2010, par Jayce Piel

Apple a décidé d’abandonner les ventes d’XServe. Quelles sont réellement les implications, quelles sont les solutions alternatives ?


Cela fait beaucoup de bruit dans la communauté Mac depuis quelques jours, Apple a décidé subitement d’arrêter les XServe. Beaucoup de personnes disent que c’est la fin d’Apple dans les entreprises, que c’est même le début de la fin de Mac OS X Server. Je vais essayer de faire un point complet ici sur cette annonce et de voir quelles sont les solutions à court, moyen et long terme.

Une annonce « catastrophique »

Cette annonce est vue par certains comme catastrophique pour Apple. Il faut bien sûr relativiser.

Faisons tout d’abord le point sur cette annonce. D’après le document « XServe Transition Guide » mis en ligne par Apple, on apprend les points suivants :

  • Apple ne développera pas de futures versions du XServe.
  • Apple acceptera les commandes d’XServe jusqu’au 31 janvier 2011.
  • Apple honorera normalement les options de garantie et de support étendu sur les XServe.
  • Apple préconise l’utilisation de Mac Pro ou de Mac Mini Serveurs pour ceux désirant investir dans un serveur.
  • Apple vendra des modules de disques pour XServe au moins jusqu’à fin 2011.
  • Depuis sa sortie, le Mac Mini Server est devenu la solution serveur la plus vendue par Apple.

Cela faisait bien longtemps que l’on savait que l’Xserve n’était pas un franc succès commercial. De plus, cela faisait aussi un moment qu’il n’avait pas réellement évolué. On pouvait donc s’attendre à une telle annonce, même si personne n’osait y croire.

Les conséquences techniques ne sont pas aussi dramatiques que l’on pourrait le penser. Effectivement, dans une ferme de serveurs, il sera difficile de remplacer des XServe par des Mac Pro, mais combien y-a-t’il vraiment de XServe dans des fermes de serveurs. Et surtout, le plus important, combien vont devoir être remplacés dans les mois qui viennent ?.. En effet, un serveur ne se change pas pour quelques MHz de plus, le stockage est en général externalisé sur des baies de stockage externes, et un XServe dans sa configuration la plus complète est certes perfectible, mais est tout de même une solution très pérenne.

Ceux qui avaient envisagé de changer ou rajouter des XServe dans leur ferme de serveurs durant l’année qui vient devront effectivement avancer leur achat. Les autres vont avoir un peu de temps pour voir ce que dira l’avenir. Il reste effectivement quelques cas qui vont effectivement être bien embêtés par cette décision, mais ce nombre reste négligeable.

Pour ce qui est des solutions logicielles, il n’y a aucun souci à se faire, étant donné que, justement, le Mac Mini Server est une vraie réussite commerciale, et que Mac OS X Server n’est en fait qu’une suite d’outils très utiles par dessus un Mac OS X standard. Apple se concentre depuis longtemps vers le marché des TPE/PME et Mac OS X Server est tout à fait adapté à ce marché.

En fait, le plus gros problème de cette annonce est un problème d’image. Le message envoyé fait effectivement croire qu’Apple ne veut plus entendre parler des solutions serveurs « sérieuses ». Les DSI risquent de se détourner complètement des solutions Apple par crainte d’une société qui semble se concentrer uniquement sur le grand public.

Même si financièrement le XServe n’était pas une réussite, on peut regretter qu’Apple n’ai pas voulu le garder comme fer de lance de ses solutions serveurs, comme outil de communication, et de considérer les frais qu’il engendrait comme de simples frais de « communication et marketing ».

Des solutions « de remplacement »

Apple propose deux solutions de remplacement aux XServe, le Mac Mini et le Mac Pro. Étudions un peu ces solutions.

Le Mac Pro est effectivement une très bonne machine. Les performances d’un Mac Pro haut de gamme sont bien supérieures à celle d’un XServe haut de gamme. De plus, il offre plus de possibilités pour l’ajout de disques et de cartes additionnelles. On peut par exemple facilement installer des disques SSDs dans un Mac Pro alors que ce n’est pas officiellement possible dans un XServe (dans les baies de disque, il était cependant possible d’en rajouter un à part). De plus, il est beaucoup moins profond qu’un XServe et s’installe donc beaucoup plus facilement sur ou sous un bureau ou dans un petit local technique.

Les points négatifs du Mac Pro ne sont pas négligeables pour autant. Il n’est pas rackable à l’horizontale et la seule solution pour le mettre dans une armoire, c’est debout sur une étagère, ce qui occupe 12U pour un seul (ou deux maximum) Mac Pro là où un XServe n’occupait qu’un seul U. Le Mac Pro n’intègre pas de gestion LOM, cette fonctionnalité permet notamment d’éteindre, redémarrer, démarrer le serveur via le réseau ou d’avoir des informations matérielles sur le serveur, tout ça sans passer par le système d’exploitation. Avec un Mac Pro, pour avoir une partie de ces fonctionnalités, il faudra investir dans un appareil tierce (il existe des prises électriques gérables via le réseau) qui ne sont pas donnés. Enfin, au niveau de l’alimentation, le Mac Pro ne peut pas avoir 2 alimentations. Je pense que peu de personnes utilisaient les deux alimentations du XServe pour le brancher sur deux sources électriques différentes. Les deux alimentations permettaient par contre une redondance plus qu’utile sur un serveur en cas de panne d’une des deux alimentations. Enfin, le Mac Pro est livré avec une meilleure carte graphique. Si cela peut éventuellement s’avérer utile lors de gros calculs avec les technologies permettant d’utiliser le GPU, pour la majorité des serveurs, cela fera surtout une plus grosse consommation électrique.

Le Mac Mini Server est une solution réellement intéressante pour beaucoup de petites et moyennes entreprises. Du côté des avantages, on a la faible place occupée, le prix, et surtout, la consommation électrique. Ce petit serveur consomme au maximum 85W alors que le XServe en consommait 750 et que le Mac Pro monte à 950. Suivant l’usage, il peut donc être facilement envisageable de remplacer un XServe par plusieurs Mac Mini. Personnellement, avant même la mise en place des Mac Mini Server, j’avais pris 2 Mac Mini comme serveurs secondaires pour des services non cruciaux.

Au niveau performances, la différence est à la hauteur de la différence de prix, le Mac Mini est 3 à 4 fois moins performant que son futur feu grand frère. Pour ce qui est des autres inconvénients du Mac Mini Server, on notera le manque d’évolution possible : on ne peut pas mettre plus de 8 Go de RAM, on ne peut pas rajouter de carte RAID ni aucune carte PCI (pour avoir du eSATA ou du FiberChannel par exemple). Il n’y a qu’une carte réseau, et rajouter un adaptateur USB-Ethernet peut être une solution, mais ne donne qu’une interface FastEthernet, pas une Gigabit. D’après Apple, le Mac Mini permettrait de gérer jusqu’à 100 utilisateurs en partage de fichier (25 maximum pour TimeMachine), pour être honnête, je pense que pour plus de 50 utilisateurs, le Mac Mini Server n’est plus vraiment adapté (c’est d’ailleurs ce que dit Apple dans la conclusion de son document).

Et pour ceux qui ont déjà un XServe ou toute autre machine pommée assez puissante qui n’est pas utilisé à plein, et qui ont besoin d’un serveur « à part » pour héberger de nouveaux services, on peut se pencher vers la virtualisation. En effet, on peut maintenant utiliser légalement des Mac OS X Server dans des machines virtuelles tant que celles-ci tournent sur un Mac. Cela peut donc être une solution pour séparer les services, ou mettre en place une nouvelle version de Mac OS X Server.

Et l’avenir ?

Bien sûr, personne à part Steve Jobs ne peut prédire l’avenir d’Apple dans le monde des serveurs, et ce que je vais développer ci-dessous n’est qu’une suite de spéculations de ma part.

Mac OS X Lion a été présenté par Apple il y a quelques semaines, et même si aucune mention n’a été faite de la version serveur, il est difficile de penser qu’il n’y aura pas d’évolution à ce niveau là. Comme je le disais plus haut, le marché des Mac Mini Server est en pleine croissance depuis la sortie de ces derniers et Apple peut difficilement s’en passer.

Pour ce qui est de l’avenir dans les grandes entreprises, peut-être qu’Apple a finalement prévu de s’y attaquer réellement et que la solution XServe aurait été plus un boulet qu’autre chose.

Tout d’abord, il faut se rappeler que très récemment, Apple et Unisys Corp (une très grosse SSII présente un peu partout dans le monde) ont signé un partenariat pour assurer un meilleur support et une meilleure adéquation des produits Apple aux grands comptes et aux administrations. Cela permet de se rassurer sur le fait qu’Apple souhaite réellement s’implanter dans ces entreprises. Je ne pense pas que cet accord puisse réellement se limiter aux iPhones et iPad qui ne sont réellement, dans les entreprises, que des extensions des ordinateurs.

Ensuite, il faut réellement comparer le XServe avec les offres concurrentes de HP, IBM ou Sun (Oracle). Si au niveau du prix, à configuration équivalente, le XServe n’est pas forcément à un tarif démesuré, son seul réel avantage est la taille (1U) et le fait que ce soit le seul sur lequel est installable Mac OS X Server (avec un nombre de clients illimités). Les autres constructeurs permettent d’avoir des configurations rackables beaucoup moins complètes, mais moins chères, et d’autres solutions, certes plus chères, mais beaucoup plus puissantes. Bref, Apple ne perçait pas dans ce marché, car ils ne pouvaient se permettre d’investir autant que leurs concurrents pour un retour qui de toute façon n’était pas assuré. D’autres sociétés se sont cassé le nez (SGI par exemple) en essayant de rester sur un marché sur lequel ils n’arrivaient pas à évoluer assez vite.

Quelle pourrait être la solution pour paraître plus sérieux auprès des grandes entreprises ? Je n’en vois qu’une, arriver à associer le monde Mac avec un grand acteur des serveurs. Pour cela, on peut envisager plusieurs solutions. La plus simple pour Apple serait tout simplement de changer sa licence d’utilisation pour autoriser la virtualisation de Mac OS X Server sur autre chose qu’un Mac. Il semble difficile maintenant de justifier une telle restriction si Apple ne fournit pas de machine capable d’aller dans une ferme de virtualisation. Mais une autre solution est envisageable.

Il est de notoriété publique que Larry Ellison (patron d’Oracle et membre du comité directeur d’Apple) est un ami de longue date de Steve Jobs. Sun (et donc Oracle) possède une notoriété indéniable dans le monde des serveurs. Et si, avec la sortie d’Oracle Solaris 11 (prévue début 2011), Apple sortait une suite d’outils Apple apportant les technologies pour gérer un parc de Mac sur un Solaris (OpenDirectory, Comptes Mobiles, AFP, TimeMachine, etc.). Il n’y a pas grand-chose à rajouter à un Solaris pour pouvoir faire tout ça et cela serait facile avec un partenariat entre les deux entreprises. Cela expliquerait pourquoi Apple a laissé tomber ZFS après l’avoir intégré dans les premières bétas de Mac OS X Server. Dans cette optique, Mac OS X Server resterait et serait dédié aux PME/TPE, tout comme les serveurs actuels de la pomme. Quand on voit l’orientation prise dans l’interface avec « Server Preferences » par exemple, ce serait tout à fait logique. Pour les grandes entreprises, Apple offrirait une offre logicielle permettant de faciliter la gestion d’un parc de macs à installer sur un système d’exploitation et des machines qui ont fait leurs preuves en entreprise. Le partenariat avec Unisys pourrait trouver toute sa place ici.

On pourrait aussi envisager qu’Apple permette l’installation de Mac OS X Server sur certains modèles de concurrents réputés dans le monde des serveurs, mais cela reste peu probable. Oracle ne voudrait pas vendre un OS concurrent sur ses machines. IBM et HP pourraient le faire, AIX et HPUX ne semblant plus être leurs priorités, mais alors pourquoi un partenariat avec Unisys, qui est un gros concurrent d’IBM et HP sur le marché des services ?

Enfin, il ne faut pas oublier qu’Apple doit également utiliser des serveurs en interne. Ils investissent également énormément dans leur nouveau DataCenter… Ils devront donc trouver des solutions pour eux même… Et il est impensable qu’ils dépensent de l’énergie et de l’argent à développer des solutions serveurs en interne pour ne pas en faire profiter les clients et essayer de rentabiliser, ne serait-ce que partiellement, ces investissements.

Conclusion

Cette annonce fait donc beaucoup de bruit et ce n’est certainement pas anodin. Et si le but était justement de faire du bruit en vue de préparer l’arrivée d’une solution plus aboutie et par forcément uniquement Apple ? Une telle annonce aujourd’hui serait moyennement appréciée par les aficionados de la marque, mais dans quelques mois, cela pourrait être présenté comme LA solution pour enfin arriver dans le marché des grandes entreprises. Du coup, même ceux qui seraient réfractaires à cette idée pourraient trouver cette roue de secours intéressante.

Le buzz actuellement fait sur l’abandon des XServe a aussi un autre avantage pour Apple : rappeler que sa solution serveur pour les PME/TPE est viable. La preuve, c’est que justement, cette solution est tellement bien que c’est la solution serveur la plus vendue et que c’est à cause d’elle que le XServe est arrêté.

Donc oui, cette annonce me fait peur sur l’image que peut donner Apple aux DSI. Mais ce n’est pas pour autant que cette annonce est si catastrophique que ce que certains peuvent dire. J’ose espérer que sur ce sujet, comme sur Apple l’a déjà montré sur d’autres sujets, Apple a une vision d’avenir.

Jayce Piel


[ Haut ] Enregistrer au format PDF

Creative Commons License

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.




Recommandez ce site à un ami :

Votre Prénom : E-mail de votre ami :

Valid XHTML 1.0 Transitional

FORUM DE L'ARTICLE :



1 Message
L’abandon du XServe.

19 juillet 2011 09:35, par Graham Perrin
I wonder what Apple plans for Mac OS X Server and related hardware …