Le site des administrateurs systèmes sous Mac OS X
  Il y a deux sortes d’administrateurs systèmes : ceux qui ont déjà fait une connerie sous root et ceux qui ne vont pas tarder à en faire une.



Accueil du site > Dossiers > Comparaison de BRU Server et Retrospect 8
Comparaison de BRU Server et Retrospect 8

lundi 4 mai 2009, par Jayce Piel

J’ai eu à choisir une solution de sauvegarde et j’ai décidé de comparer ces deux logiciels très intéressants que sont BRU Server et Retrospect 8.


Retrospect, jusqu’à la version 6 et malgré ses défauts notoires, était fortement implanté dans le monde mac. Beaucoup de monde lui reprochait beaucoup de choses, mais finalement, il rendait bien des services. Principalement, on lui reprochait d’imposer d’avoir une session ouverte, de ne pas pouvoir faire plusieurs tâches en même temps et de ne pas pouvoir contrôler le serveur de sauvegarde à distance. Points qui semblent réglés avec la dernière version (la 8). Certains reproches concernent également l’interface, jugée confuse, mais personnellement, c’est un des points les plus intéressants de Retrospect. Enfin, le problème qui devrait toujours être présent est que Retrospect verrouille les périphériques de sauvegarde, même quand il ne les utilise pas.

D’un autre côté, on a BRU Server. Disponible depuis quelques années maintenant sur Mac, BRU Server bénéficie d’une grande expérience des sauvegardes et restauration de serveurs UNIX. Il est depuis toujours basé sur un principe fort de client/serveur avec un agent serveur (de gestion des sauvegardes), un agent client, et un agent console (pour contrôler le serveur).

Je tiens à préciser que dans le cadre de ce test, je n’ai pas regardé en détail les modes d’emploi et qu’il se peut que je sois passé à côté de certaines fonctionnalités. Si c’était le cas, je corrigerai l’article dés que j’en serai informé.

Téléchargement de la version démo

C’est un premier point où les philosophies s’opposent.

Pour BRU Server, la version de démonstration ne nécessite aucun code et est utilisable complètement pendant 30 jours. Cela garantie donc que l’on pourra toujours récupérer le contenu de ses sauvegardes, même après un crash du serveur sur lequel on a rentré le numéro de licence…

Pour Retrospect 8, il faut absolument remplir un formulaire pour qu’ils envoient un numéro de série temporaire par courriel. Et là, on a une chance sur 2 que le message soit considéré comme indésirable, et c’est forcément le jour où vous aurez besoin de vos sauvegardes que votre administrateur de messagerie aura mis en place un filtre plus fort qui refusera tous les spams… Ou que le serveur nécessitant une restauration est justement le serveur de messagerie… :-) Ceci-dit, là encore, soyons honnêtes, EMC a fait de gros progrès car les versions démos ne semblent pas limitées. De plus, n’ayant pas vu le premier mail dans mes spams, j’ai redemandé un deuxième numéro de licence en changeant juste l’adresse électronique, et j’ai bien reçu un deuxième message.

Interface

L’interface de BRU est relativement complète, mais souffre de quelques petits problèmes. Par exemple, dans la partie de vérification des sauvegardes, on voit la liste des sauvegardes avec leur numéro ArchiveID, mais à ce niveau là, on n’a aucun moyen de savoir à quel travail de sauvegarde cela ça correspond. Il faut pour cela aller dans la partie « Data Manager » et regarder la liste des archives. De même, pour les programmations des sauvegardes, on ne peut pas avoir un aperçu de quand vont avoir lieu les prochaines sauvegardes pour un travail donné. Enfin, et c’est beaucoup plus gênant à l’usage, dans la fenêtre de l’historique des sauvegardes, on ne voit pas si la sauvegarde s’est bien terminée ou non. Il faut sélectionner chaque sauvegarde pour voir le log (et rien n’est indiqué dans les logs si on a « tué » la sauvegarde avant la fin).

Quand on veut voir le contenu d’une sauvegarde, c’est immédiat et l’interface est très performante. Mais… Il n’est apparemment pas possible de déplier toute la hiérarchie d’un clic.

Il n’y a plus de version française de BRU Server.

Retrospect 8 n’est pas encore traduit en français (ni dans aucune autre langue que l’anglais pour l’instant), mais ils annoncent une disponibilité en cours d’année des versions localisées.

La première chose que l’on constate c’est qu’ils n’ont pas menti quand ils disent avoir tout réécrit depuis 0. On se rend d’ailleurs compte qu’ils n’ont pas forcément fini certaines parties. Certains petits points d’interface ne sont pas encore secs (comme la gestion des règles) et on ne retrouve pas forcément les mêmes fonctions que l’on a pu apprécier dans les versions précédentes. Une fois la peur du changement évacuée, on se rend compte cependant que cette nouvelle version est très prometteuse.

Malheureusement, ici aussi il semble qu’on ait perdu la possibilité de déplier plusieurs niveau de hiérarchie de fichier d’un clic. Heureusement que l’interface est beaucoup plus réactive que celle de la version 6, sinon, ce serait ingérable pour chercher un fichier.

L’interface permet d’un coup d’oeil de vérifier les prochaines sauvegardes prévues, ainsi que les dernières écoulées. C’est vraiment très pratique. On peut également limiter cette vue à un seul script de sauvegarde, ce qui permet de vérifier que les planifications que l’on a programmé correspondent bien à ce que l’on veut.

En fait, un des plus gros problèmes de cette version, c’est qu’il n’y a pas de documentation autre que le « What’s new and getting started guide ». Ce qui fait un peu léger. Cependant, ils semblent réactifs sur leur forum, ce qui est un bon point.

Points techniques

Personnellement, je ne fait que de la sauvegarde sur disque. Je n’ai donc pas du tout testé la gestion des lecteurs de bandes. Chacun se disant leader dans le domaine. À noter toute fois que BRU gère automatiquement le système de sauvegarde sur bande via un tampon sur disque, système qu’il faut gérer manuellement avec Retrospect (en deux étapes distinctes et sans garantie que ce soit aussi efficace).

BRU Server est en Universal Binary. Retrospect 8 n’est, pour l’instant, qu’en version Intel (pour le serveur, les clients étant UB). Là encore, EMC s’est engagé à fournir très prochainement une version compatible PowerPC.

Je n’ai pas trouvé de moyen de spécifier un serveur d’envoi ni une adresse électronique d’envoi, même si c’est certainement faisable en ligne de commande. Résultat, les mails sont envoyés directement vers le serveur de réception de l’adresse de l’admin, qui refuse le mail parce qu’il considère que bru-server xserve.local.fftir n’est pas une adresse valide.

BRU est entièrement contrôlable avec la ligne de commande, ce qui permet de faire de le script très facilement. On peut ainsi contourner par la ligne de commande ce que l’on n’arriverait pas à faire avec l’interface.

BRU, enfin, offre une fiabilité excellente sur ces archives. Outre le fait que, comme vu plus haut, les restaurations peuvent toujours se faire, même sans numéro de licence, les archives sont en fait un peu comme des systèmes de fichiers complets avec gestion du checksum et outils interne de vérification. Si une archive a un problème (un bit pas bon par exemple), l’ensemble du contenu de l’archive est récupérable, sauf, bien sûr le fichier situé au niveau de l’archive qui a un problème.

Retrospect permet de spécifier un serveur d’envoi des messages (avec possibilité d’authentification) et de spécifier l’adresse de l’émetteur. Par contre, contrairement à BRU qui permet de spécifier une adresse de réception par jeu de sauvegarde, Retrospect ne permet que de spécifier une seule adresse à qui envoyer les rapports.

Retrospect permet de faire de la duplication de disque. Cela permet de faire une sauvegarde bootable d’un disque système par exemple. Rien de génial par rapport à rsync, mis à part une interface graphique unifiée avec le reste et une gestion des rapports automatique comme pour les autres types de sauvegarde.

Le nouveau Disk Media Set semble vraiment très intéressant et permet une souplesse dans la gestion des jeux de sauvegarde. Je n’ai pas poussé très loin le concept, mais ça a l’air très intéressant (gestion d’un même jeu de sauvegarde réparti sur plusieurs disque, avec possibilité de garantir une taille maximal des fichiers par disque ou un taux d’espace libre minimal à laisser. Cette option permet également de « jouer » avec des disques amovibles sans problème.

Prix

Le prix peut varier beaucoup en fonction des besoins. Retrospect semble bien avoir nettement baissé ses tarifs. Il est à noter que, pour l’instant, le support ne semble disponible qu’en anglais, comme l’application.

La version complète de Retrospect Multi-Server intègre un nombre illimité de clients et de serveurs ainsi qu’un an de support et maintenance pour 1669$ (260$/an les années suivantes).

La version Single-Serveur varie de 479$ pour une version 20 clients sans support à 809$ pour une version avec support et clients illimités, en passant par une version avec 20 clients et avec support à 609$. Pour ces versions, le support coûtera 130$/an pour les années suivantes.

Il y a plusieurs options disponibles : module d’accès aux fichiers ouverts sous windows (1489$), support avancé des bandes (1029$), licence serveur supplémentaire (299$), packs de clients supplémentaires de 1/5/10 licences (39$/149$/299$).

Pour BRU Server, le fait que le client soit un serveur ou non ne change rien. On a donc seulement 3 versions de BRU Server qui ne varient que sur le nombre de clients inclus : Basic Edition (2 clients : 399€), Network Edition (25 clients : 599€), Enterprise Edition (250 clients : 2999€).

Les clients supplémentaires sont disponibles à l’unité (50€) ou par pack de 5/10/25/100 clients (225€/375€/500€/750€).

Pour le support annuel (en France et en Français, et incluant les mises à jour qui seraient disponibles pendant la période), il existe des solutions différentes en fonction du nombre de licences client et de la garantie d’intervention. Les prix varient de 199€ pour un support en 2 jours ouvrés pour moins de 24 clients jusqu’à 1125€ pour un support en 1 jour ouvré pour plus de 150 clients. Le support à la demande est facturé 249€.

L’option de support des fichiers ouverts sous Windows est facturée 299$ par machine le nécessitant, avec des possibilités de pack de 5, 10 ou 25.

Pour exemple, j’ai personnellement besoin de sauvegarder environ 5 clients dont le serveur lui-même. Sur un des clients, même si ce n’est pas une nécessité, il serait intéressant de pouvoir sauvegarder les fichiers ouverts. Avec Retrospect, j’aurai donc une facture de 609$ ou 2098$ si je prends l’option pour fichiers ouverts (et une marge de manoeuvre sur les clients à sauvegarder). Avec BRU, j’en aurai pour 748€ ou 1050€ avec l’option de fichiers ouverts. Comme vous le voyez, les tarifs peuvent être plus intéressants pour une solution ou pour une autre suivant vos besoins.


[ Haut ] Enregistrer au format PDF

Creative Commons License

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.




Recommandez ce site à un ami :

Votre Prénom : E-mail de votre ami :

Valid XHTML 1.0 Transitional

FORUM DE L'ARTICLE :



1 Message
Comparaison de BRU Server et Retrospect 8

5 mai 2009 18:00, par ola

Bonjour à Toutes et à Tous

Je sens que je vais vous « ennuyer » encore avec ce logiciel, mais pourquoi de ne regarder BackupPC (http://backuppc.sourceforge.net/). Si tu fais des sauvegardes sur disque, c’est impec’. Par contre, j’utilise toujours Rettrospect 6 pour mettre sur bande. Un serveur de backup, et tout passe par le réseau. Actuellement, je pense utiliser backuppc pour les sauvegardes des serveurs (en remplacement de Retrospect), et Retrospect pour les archives sur bandes. Ce logiciel a tout, y compris le prix : 0, et pour le même prix, tu as les sources ! Amicalement, Olivier